La commune se présente

La commune de Putscheid (altitude de 228m à 523m) dans le canton de Vianden est composée des localités ou lieux-dits de Bivels, Bivels-moulin, Gralingen, Merscheid, Nachtmanderscheid, Poul, Veinerstrooss, Putscheid, Stolzembourg, Grauenstein, Weiler et rue de Wahlhausen, le tout avec une superficie de 2.713 ha. Parmis les villages énumérés ci-avant, les plus touristiques de Bivels et Stolzembourg se situent dans la Vallée de l’Our, et les cinq autres sur le plateau ardennais. La vallée de l’Our avec sa beauté naturelle exceptionnelle est un paradis pour tout randonneur et cyclotouriste.

 

Historique

Il est étonnant que les communes luxembourgeoises soient nées avant la genèse même de l’Etat luxembourgeois qui existe, dans sa forme actuelle, depuis le traité de Londres du 19 avril 1839.

En 1794, cinq ans après la Révolution Française, le Duché de Luxembourg est envahi par les troupes françaises. Par décret de la convention du 9 vendémiaire an IV (1er octobre 1795), les Pays-Bas sont réunis définitivement à la France et le territoire du Duché de Luxembourg est dénommé « Département des Forêts ». La France annexe ainsi le territoire du vieux Duché de Luxembourg qui est composé de quatre arrondissements : Luxembourg, Bitbourg, Neufchâteau et Diekirch. L’arrondissement de Diekirch compte 5 cantons, à savoir celui de Clervaux, Diekirch, Ospern, Vianden et Wiltz.

Le canton de Vianden est né par décret du 31 août 1795. Il est subdivisé en 15 districts administratifs communaux, dénommés « agences », qui, à leur tour, sont réparties en sections.

Par décision du 13 décembre 1799, les « agences » ou « municipalités » sont dénommées en mairies. Les occupants français font de chaque paroisse une commune et nomment un « maire » et un « maire adjoint » pour chaque mairie.

Peu de gens sont conscients que la commune de Putscheid, dans sa constellation actuelle, résulte déjà d’une fusion de communes. Le territoire actuel de la commune de Putscheid est constitué de l’ancienne commune de Stolzembourg et d’une grande partie de l’ancienne commune de Landscheid.

En 1799, les localités de Stolzembourg, Keppeshausen (aujourd’hui République fédérale d’Allemagne) et Putscheid font partie de la commune de Stolzembourg. Les villages de Bivels, Waldhof (aujourd’hui République fédérale d’Allemagne) et le moulin de Bivels appartiennent à la commune de Falkenstein (aujourd’hui République fédérale d’Allemagne). Les localités de Gralingen, Merscheid, Landscheid, Nachtmanderscheid et Weiler composent la commune de Landscheid.

À la suite du Congrès de Vienne du 9 juin 1815, de nouvelles frontières terrestres sont tracées et le Luxembourg perd des territoires importants au-delà de la Moselle, de la Sûre et de l’Our.

Dans notre région la nouvelle ligne de démarcation fixée par le Congrès de Vienne a pour conséquence que les hameaux de Keppeshausen et de Waldhof deviennent prussiens. Dans le contrat du 26 juin 1816 on trouve dans l’article 5 la notation suivante « …. Les autres communes dont les banlieues seules sont traversées tant par la Moselle que par la Sûre et l’Our, et notamment celles de …. Bivels, Falkenstein, Gemünd… leurs parties coupées par la rivière resteront séparées, de manière que la rivière même servira dans tous les cas de frontière aux deux Etats ». Dans une autre communication de 1818 on peut lire : « …de la commune de Stolzembourg il n’a été distrait et réuni à la Prusse que la section de Keppeshausen… la section de Bivels appartenant ci-devant à la mairie de Falkenstein est restée seule au Grand-Duché et se trouve réunie à la mairie de Stolzembourg ». Ce n’est que sous le nouveau régime hollandais en 1815, que les communes sont incitées par les autorités à fusionner pour devenir plus grandes et ainsi aussi plus viables. Dans cette optique, la ville de Vianden est disposée à fusionner avec Bivels, la commune de Fouhren, les localités de Brandenbourg, Landscheid, Nachtmanderscheid, Weiler, Gralingen, Merscheid et avec la commune de Stolzembourg avec la localité de Putscheid. Mais finalement tout est resté comme avant et rien n’a changé.

En 1820, le sous-intendant de Diekirch préconise que les communes de Stolzembourg, Hoscheid et Landscheid s’unissent. Mais cette suggestion n’a pas été acceptée avec la conséquence que la commune de Stolzembourg est restée en place.

Cependant, dans les années 1826 et 1827, il y a eu un changement radical.

À la suite du décret royal du 26 mai 1826, le territoire de l’ancienne commune de Landscheid (Landscheid, Gralingen, Nachtmanderscheid, Merscheid et Weiler) est uni à la commune de Stolzembourg (Stolzembourg, Putscheid et Bivels). De la fusion des territoires des anciennes communes de Landscheid et de Stolzembourg est née la nouvelle commune de Putscheid avec siège à Putscheid.

Peu de temps après, la surface territoriale de la nouvelle commune de Putscheid a encore diminué. Le décret royal du 25 octobre 1827 a décidé que la section de Landscheid de la nouvelle commune de Putscheid serait transférée à la nouvelle commune de Bastendorf composée des sections de Landscheid, Brandenbourg, Kippenhof, Tandel et de Bastendorf. Depuis cette date, la surface territoriale de la commune de Putscheid n’a connu aucun changement jusqu’à nos jours.

Depuis le 25 octobre 1827, la commune de Putscheid comprend sept sections avec sept villages, à savoir : Bivels, Stolzembourg, Putscheid, Weiler, Nachtmanderscheid, Merscheid et Gralingen qui sont répartis sur une superficie totale de 27,13 km2 située depuis toujours dans le canton de Vianden dans le nord-est du Grand-Duché de Luxembourg.

© travail de réflexion de M. Jean Trausch